Rapport 2012 sur les progrès en Afrique

Emploi, Justice et Équité

La croissance rapide et l’accroissement de la richesse n’ont, pour une grande partie de la population africaine, pas été synonymes d’amélioration des conditions de vie. Le Rapport 2012 sur les progrès en Afrique se penche sur trois des ingrédients les plus indispensables pour transformer une reprise économique prometteuse en une relance soutenue et en un développement humain durable : l’emploi, la justice et l’équité.

Les économies africaines continuent d’afficher un taux de croissance supérieur à pratiquement toutes les autres régions du monde, et deux fois supérieur à celui des années 1990. Pour la première fois depuis plus d’une génération, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté a chuté. Moins d’enfants meurent avant leur cinquième anniversaire, et ils sont plus nombreux à aller à l’école. La démocratie est bel et bien en train de prendre racine. Les normes relatives à la gouvernance s’améliorent.

Le bilan n’est cependant pas sans nuages. Certains pays africains s’enrichissent, mais des pans entiers de la société sont laissés pour compte. Après dix ans de croissance soutenue, près de la moitié des Africains vivent toujours avec moins de 1,25 dollar par jour. Ces disparités de richesses sont de plus en plus visibles. Le modèle actuel de percolation de la croissance confine trop de gens dans la pauvreté, trop d’enfants dans la faim et trop de jeunes dans le chômage. L’accès inégal à la santé, à l’éducation, à l’eau et aux installations sanitaires creuse encore les inégalités. Les petites exploitations agricoles n’ont pas eu leur place dans la croissance ; des populations rurales restent enlisées dans la pauvreté et la vulnérabilité.

Les inégalités profondes, persistantes et durables qui transparaissent dans toute l’Afrique ne sont pas sans conséquence. Elles affaiblissent les liens de confiance et de solidarité qui constituent le tissu social. À long terme, elles sapent la croissance économique, la productivité et le développement des marchés.

Le Rapport 2012 sur les progrès en Afrique attire l’attention sur les emplois, car les moyens de subsistance des individus jouent un rôle fondamental dans leurs chances de réussite, et parce que l’Afrique doit de toute urgence créer des emplois pour ses jeunes, de plus en plus nombreux. Le rapport met également en exergue la justice et l’équité, car elles sont manifestement absentes de la vie d’un trop grand nombre d’Africains, ce qui empêche la croissance actuelle de produire des effets durables sur la société.

Aller à la section

Infographics Photos Videos

« L’ESSOR DE L’AFRIQUE » – CERTAINS AFRICAINS BÉNÉFICIENT DE CET ESSOR, D’AUTRES NON

L’Afrique a pour la première fois l’occasion de s’engager sur la voie d’une croissance économique durable et d’une prospérité partagée, et de faire une percée dans la réduction de la pauvreté. Il ne sera cependant pas possible d’emprunter cette voie sans mener une action résolue et des changements radicaux pour rendre la croissance nettement plus équitable.

Dans la ligue mondiale de la croissance économique, l’Afrique est passée en première division. La situation générale de l’Afrique sur le front du développement n’est cependant pas allée de pair avec la croissance économique. Les inégalités profondément ancrées dans nombre d’États constituent un obstacle qui empêchera la majorité des pays africains d’atteindre les cibles des Objectifs du Millénaire pour le développement.

La difficulté consiste à canaliser la croissance économique afin de garantir une répartition plus équitable des opportunités et du revenu, en mobilisant les recettes de la croissance et en investissant ces revenus dans les services de base et dans une infrastructure économique qui offre de meilleures opportunités aux pauvres. Les gouvernements de toute l’Afrique doivent également élaborer des modèles de croissance qui génèrent plus d’emplois, et qui privilégient des niveaux de compétences et de productivité plus élevés.

Les gouvernements africains et leurs partenaires en matière de développement devraient, dès cette année, lancer de toute urgence une offensive en faveur des OMD. De nombreux bailleurs de fonds n’ont pas respecté leurs engagements au titre des OMD. Contrairement aux partenariats mondiaux sur la santé qui ont débouché sur des résultats, d’autres domaines essentiels comme l’eau, l’assainissement et l’éducation ont eu du mal à mobiliser les soutiens.

médias
téléchargements

Résumé

Communiqué de presse

infographie