Gouvernance et transparence

_G8J2676.JPG

 

La dernière décennie a été marquée, dans l’ensemble du continent africain, par des progrès soutenus en matière de gouvernance comme dans le domaine économique. Les élections multipartites sont désormais fermement établies, des mesures ont été prises en faveur d’une plus grande transparence et dans la plupart des cas, l’armée s’est tenue à l’écart de la politique. La situation de nombreux pays s’est également améliorée vis-à-vis du maintien de la paix.

Les fondements de la démocratie doivent toutefois être défendus avec vigilance. D’importantes poches de conflits de faible intensité perpétuent l’instabilité et la région reste confrontée à la violence politique, aux conflits liés aux ressources naturelles, au terrorisme, au séparatisme, et à une forte criminalité, notamment au trafic de drogue et au crime organisé.
Malgré l’amélioration constante de la gouvernance d’entreprise en Afrique, la corruption et le manque de transparence demeurent des préoccupations majeures, et font obstacle au progrès social, économique et politique à de multiples niveaux.

La corruption représente une perte d’opportunités pour le commun des Africains, contraints de payer des frais illégaux pour avoir accès à l’éducation, à la santé ou à la commercialisation de biens. Elle augmente les coûts des transactions commerciales pour les investisseurs et a des conséquences néfastes sur l’efficacité économique et la création d’emplois. En permettant aux responsables d’utiliser leur situation officielle dans leur intérêt personnel, plutôt que pour le bien public, la corruption a également des effets corrosifs sur les systèmes politiques.

C’est aux citoyens et aux gouvernements africains qu’il appartient, en définitive, de combattre la corruption à travers leurs systèmes politiques nationaux. Toutefois, les initiatives mondiales et régionales et les instruments de mesure peuvent apporter un soutien à cet égard.

Comme nous le montrons dans le Rapport 2013 sur les progrès en Afrique, le manque de transparence est particulièrement néfaste en Afrique dans la mesure où il donne lieu à une utilisation inefficace et inéquitable des gigantesques ressources pétrolières, gazières et minières du continent.

Lire aussi

Laisser un commentaire