Agriculture et sécurité alimentaire

_G8J3068.JPG

Le système alimentaire mondial est soumis à une pression intense et croissante que les agriculteurs africains subissent de plein fouet. Il existe suffisamment de ressources alimentaires dans le monde pour nourrir l’ensemble de la population. Toutefois, la croissance démographique et économique ainsi que la recherche de sources d’énergie à faibles émissions de CO2 tirent la demande de terres arables vers le haut, alors que l’offre alimentaire se heurte au changement climatique, aux contraintes écologiques et à l’essoufflement des gains de productivité.

Ces nouvelles pressions qui pèsent sur le système alimentaire mondial offrent des opportunités à l’Afrique, mais elles comportent également de très grands risques. La hausse des prix alimentaires pourrait inciter les gouvernements africains à investir dans l’agriculture et à augmenter la productivité ou pourrait entraîner une aggravation dramatique de la pauvreté et de la malnutrition au sein des populations vulnérables. Le grand potentiel agricole non exploité de l’Afrique pourrait devenir une source de prospérité rurale et de croissance économique plus équilibrée ou pourrait susciter des investissements plus spéculatifs et donner lieu à des accaparements de terres et à des déplacements de communautés locales.

Les marchés des droits d’émission de carbone pourraient offrir aux petits agriculteurs des possibilités de bénéficier des initiatives d’atténuation du changement climatique des pays riches, bien que leurs bienfaits se soient montrés jusqu’à présent limités et que l’avenir de ces marchés reste incertain. Une chose est sûre : les agriculteurs africains seront les premiers à souffrir des dangers du changement climatique, car la sécheresse et les régimes pluviométriques imprévisibles aggraveront la pauvreté rurale et fragiliseront les systèmes alimentaires.

Dans un récent document de politique générale intitulé « Africa Needs a Green Revolution », l’African Progress Panel présente un programme pour le changement :

• Mettre les petits exploitants agricoles et la productivité agricole au cœur des stratégies nationales de sécurité alimentaire et de nutrition, en ciblant en priorité les femmes agricultrices

• Renforcer la protection sociale et les filets de sécurité alimentaire

• Mettre en place des systèmes de gestion des risques et d’adaptation au changement climatique afin de s’y préparer

• Veiller à la gestion durable des ressources foncières et hydriques de l’Afrique afin de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que les moyens d’existence

• Protéger les agriculteurs africains contre l’achat de terres à grande échelle qui ne garantit pas les droits des communautés aux ressources naturelles ou ne favorise pas la sécurité alimentaire au niveau local ou national

• Mettre l’accent des politiques sur les entreprises individuelles afin de réduire la pauvreté et la dépendance vis-à-vis de l’agriculture

• Renforcer les systèmes d’alerte et d’intervention rapide en cas de crise alimentaire.

Lire aussi

Laisser un commentaire